Et si notre place dans la fratrie influençait notre carrière?

Lucie Delplanque
fratrie
©Unsplash. Courtney Prather

De nombreuses études ont prouvé que notre place dans une fratrie influençait notre personnalité et notre caractère. Pour le National Siblings day (Journée nationale des frères et soeurs aux États-Unis), Disney a publié une enquête qui révèle que notre place joue aussi un rôle sur nos choix de carrière.

L’enquête a été dirigée par une psychologue. Avec les chercheurs, ils ont analysé un échantillon aléatoire de plus de 500 personnes issues de 11 milieux professionnels différents. La première conclusion est que l’enfant du milieu a 30% de chances en plus de devenir CEO de son entreprise. Cela serait dû au fait qu’il a besoin de se battre pour attirer l’attention. Il développe alors un certain esprit de compétition, une certaine diplomatie et une flexibilité. Il s’avère aussi qu’ils ont 41% de chances en plus de finir athlètes.

 

Lire aussi: « Tous les enfants auraient un parent préféré » 

 

Les enfants nés en premier ont tendance à aimer les métiers plus scientifiques: astronautes, scientifiques ou encore ingénieurs. Finalement, les petits derniers sont considérés comme les artistes de la famille. A 50%, ils sont plus susceptibles de devenir musiciens. Cela tient de leur caractère plus sensible et poétique. Pour ceux qui sont enfant unique, c’est aussi le domaine artistique qui les intéresse.

  • Chez les ainés: Rock stars, astronautes, scientifiques, ingénieurs et aussi stars de la télé-réalité
  • Pour les enfants du milieu: Politiciens, sportifs, CEO, auteurs
  • Finalement, pour les petits derniers: compositeurs, musiciens, explorateurs

L’enfant du milieu: leader mais incompris

C’est cette place dans la fratrie qui est souvent au coeur des discussions. Pourtant, cette place n’est pas si terrible. Voici plusieurs bonnes raisons d’apprécier notre place d’enfant sandwich. 

1. L’inconfort de notre place nous a poussé à devenir autonome et solide mentalement. Dans le milieu professionnel, on accepte plus facilement les coups parce qu’on y a été préparé.

2. On peut jouer les deux rôles: grande soeur pour l’une et petite soeur pour l’autre. Pratique pour se faire servir par l’une et pour laisser la grande se faire disputer à notre place.

3. On a le droit de remettre notre mauvais comportement en question à cause de notre place: « Mais j’ai pas demandé à être celle du milieu, moi… » 

4. On a développé une grande empathie et du coup, tout le monde nous aime (ou presque).

Si le sujet vous intéresse, lisez aussi « Comment se préparer à voir son enfant quitter le nid?« ,  « Les mamans les plus cools d’Instagram » et aussi  « 4 accords à passer avec soi-même pour une année plus bienveillante »

Tags: Carrière, Enquête, Famille, Fratrie, Frères, Job, Soeurs.

Ailleurs sur le web

Sur les sites d'Edition Ventures