Chronique #02: Celui qui fait partie de la Justice League …

par Thomas D.
marieclaire_celuiqui
©Getty Images

Chez Marie Claire, nous avons décidé de partager avec nos lectrices le quotidien de Thomas, 39 ans, père de deux enfants et célibataire «par défaut » (c’est lui qui le dit!). Pas facile de trouver l’amour quand on a dû se séparer de la femme à qui un jour on a dit oui.

A travers ses chroniques, il nous emmène dans sa vie. On y découvre son quotidien. Ses fous-rires, ses angoisses, sa bonne humeur, ses rencontres, ses plans Q, ses galères, ses voyages et son univers professionnel. Thomas rêve d’une femme capable d’élever dans son cœur des chenilles pour en faire des papillons. Thomas rêve. Tout court.

Chronique #02: Celui qui fait partie de la Justice League …

Samedi dernier, j’ai réuni ma Justice League à la maison. Ma JL, ce sont mes essentiels. C’est un code que nous nous sommes donné entre nous une soir où nous avions tous un peu trop bu. C’était il y a plus de 15 ans. L’alcool aidant, on s’est d’abord trouvé très drôle quand nous nous racontions des anecdotes. Puis on s’est trouvé invincible. Le monde allait voir ce qu’il allait voir, on allait professionnellement et amoureusement, « tout pêter ». (Je crois que le monde attend toujours de voir ;). Et enfin, le plus important, on s’est promit de toujours être juste les uns avec les autres. Une forme de bienveillance réciproque quoiqu’il en coûte.

On a tous autour de nous des gens qu’on aime un peu plus que les autres et qui nous comprennent également un peu mieux.

Je pense que ce soir-là, si on n’avait pas été si loin de la cuisine, il y aurait bien eu un d’entre nous qui aurait sorti un couteau pour faire « frères de sang ». Au final, et d’années en années, on est devenus inséparables. On a tous autour de nous des gens qu’on aime un peu plus que les autres et qui nous comprennent également un peu mieux. Des gens chez qui on peut débarquer à n’importe quelle heure et qui nous ouvrent la porte. Des gens qui porteraient avec nous le corps de notre ennemi jusque dans un lac si on en avait vraiment besoin. Partner in crime. Voilà, ma JL.

Samedi dernier, alors que nous étions à nous lister nos bonnes résolutions, Florence s’est étonnée de ne pas trouver sur la mienne « la rencontre idéale ». « Mais enfin, Tom, c’est TA priorité 2018. Et, tu vas cartonner tu sais ». J’ai essayé d’expliquer que ma priorité c’était d’abord le bien-être d’Adrien et d’Eloise. Et puis, de vendre la maison et de me trouver un endroit à moi. Un nid douillet où me poser pleinement. Mais Florence, Lydie et Alexandre étaient d’un autre avis. J’ai résisté 15 minutes mais devant le flot de « C’est bien simple, tu vas rencontrer tellement de gens intéressants que tu ne sauras pas qui choisir » ; « Allez, inscrit toi sur un site, je suis sûr qu’en début d’année y’a plein de nouvelles opportunités » ; « Au pire, tu te fais un plan Q ». Gros rire gras d’Alex. Yeux levés de Lydie. Flo, elle, a déjà pris mon Mac Book et a entamé mon initiation. « Tu mesures combien ? Et ton poids ? T’es pas gros, toi. On va dire 80 kilos. Tu gagnes combien, au fait ? »

 

Lire aussi: « Chronique #01: Celui pour qui tout a commencé… »

 

La manière avec laquelle ma JL pénétrait mon intimité m’effrayait. J’avais l’impression d’être en face d’un jury d’examen de fin d’année à l’armée. Et puis est arrivé le volet « personne recherchée ». Et c’est là que tu te dis que le monde part en vrille. « Tranche d’âge souhaitée ? origine ethnique particulière ? Taille ? Poids ? Couleur des yeux ? Fumeur ? Travail a responsabilité ? » et puis le coup de grâce : « Mariée ou pas mariée ? ». J’ai regardé Flo. « Tu répètes ». Elle : « Mariée ou pas mariée ? ». « Donc en fait, sur ce site, tu peux allègrement aller te taper la femme d’un autre, c’est ça le principe ? ». Elle : « Oui, bizarre ». Alex : « Ben, on s’en fout ».

Moi : « Dis, Flo, trouve moi la femme d’Alex. Elle, c’est totalement mon genre ». Sourires complices. Clin d’œil à Lydie. On a ouvert une autre bouteille de vin. Et moi, un autre pan de ma vie qui ne passerait pas par un site de rencontre. J’aime croire que celle qui m’attend est là, quelque part. Dans une réunion de travail à venir, au centre d’équitation d’Eloise, dans une salle de prof où j’irai un jour déposer mon fils, dans une rue que j’emprunterai, dans un bus que je prendrai, dans un magasin où je me prendrai des sushis, bref… qu’elle est là, quelque part, dans la vie réelle.

Si le sujet vous intéresse, allez jeter un oeil sur « Verdict : la kinésiologie, pour dialoguer avec son corps« , « Enfin du temps pour… Moi » et « Réveillez vos 4 héros intérieurs: On vous livre la méthode ici« 

| | | |
Tags: Amitié, Celui qui, Couple, Parole d'homme, Paroles d'homme, Relation.

Ailleurs sur le web

Sur les sites d'Edition Ventures