I love me: Vlogueuse beauté, Nabela Noor combat la grossophobie avec des mots d’amour 

par Sophie Weverbergh
marieclaire_nabelanoor
©©Nabela Noor, adepte du body-positivism (dans sa vidéo du 12 août 2017

Voici revenu le mois de janvier, son traditionnel cortège de « bonnes résolutions » (dont 90% nous font violence et s’avèrent finalement intenables) et ses « plans minceur » plus ou moins efficaces… L’occasion de répéter encore et encore que se sentir belle c’est avant tout se sentir bien.

Yes I’m fat !

Oui, je suis grosse… Clame haut et fort la vlogueuse Nabela Noor dans une vidéo d’août 2017 qui comptabilise plus de 140.000 vues en deux jours. À la fois lucide et fière, la jeune banglado-américaine assume sa corpulence sans se mentir. « Je n’ai nul besoin des gens qui me rappellent que je suis grosse, commente-t-elle avec un brin de cynisme. Je le sais. J’ai un miroir ».

 

A lire: « Le compte Instagram qui lutte contre le body shaming »

 

Icône du body-positivism, la jeune femme est régulièrement taclée sur son poids. La critique est aisée et l’insulte violente… Certains détracteurs lui suggèrent même de se tuer, insinuant que seule la mort pourra résoudre son problème de surpoids. Mais il y a un hic : en dehors de la pure problématique « santé », Nabela Noor ne considère pas l’obésité comme un « problème » à solutionner…

Et même si les insultes d’une violence inouïe (et d’une banalité navrante ; « cochonne, lui lance-t-on, mocheté, monstre ») la heurtent parfois, la jeune femme déclare aujourd’hui qu’elle est déterminée à mettre la honte de côté et à poursuivre le combat dans le sens d’une valorisation de l’amour propre.

I’m fat, I’m fashionable

« Je suis grosse, ça ne m’empêche pas d’être fashion », assure-t-elle dans un sourire.

Et à tous ceux qui souffrent de ne pas renvoyer une image correspondant aux canons en vigueur, elle martèle comme un mantra : « personne ne peut nous dire qui nous sommes. Nous sommes glorieux. Nous sommes beaux. Nous sommes dignes ! »

 

A lire: « Ces seniors branchées qui nous prouvent que la mode n’a pas d’âge »

 

À ses détracteurs les plus tenaces, Nabela Noor balance des mots d’amour – « I love me !  – qui résonnent étrangement avec ceux du poète :

« Je suis faite pour plaire

Et n’y puis rien changer

Mes talons sont trop hauts

Ma taille trop cambrée

Mes seins beaucoup trop durs

Et mes yeux trop cernés

Et puis après

Qu’est-ce que ça peut vous faire

Je suis comme je suis

Je plais à qui je plais »

Prévert.

Si cet article vous a intéressé, vous devriez aimer notre article sur les blogueuses rondes à suivre sur Instagram et sur 4 fitness girls inspirantes à suivre sur Instagram!

| | | |
Tags: Body shaming, Bodypositive, Bodyshaming, Bonnes résolutions, Janvier, Nabela Noor.

Ailleurs sur le web

Sur les sites d'Edition Ventures