#MeToo: les réseaux sociaux pour dénoncer les agressions sexuelles

Yasa Allameh Valentine Van Gestel
Agressions
©Unsplash photos by Joshua K. Jackson

Après #balancetonporc, le hashtag #MeToo vise à dénoncer les agressions sexuelles sur la toile. Afin de prendre conscience de l’ampleur du phénomène. Effarant.

En plein scandale Harvey Weinstein, le fameux réalisateur de Pulp Fiction, le monde entier est en colère. Les femmes se lient dans un mouvement de solidarité virtuelle. Les réseaux sociaux, et Twitter en premier, deviennent leur outil pour dénoncer une réalité trop longtemps tue. C’est à Alyssa Milano (Madame est servie, Charmed) que l’on doit le hashtag #MeToo.

Celui-ci a le mérite, contrairement à son pendant francophone, de réduire à deux syllabes une solidarité dans l’atrocité. Mais surtout de prendre la mesure du phénomène, et réaliser à quel point nombreuses sont les femmes à avoir été victime de harcèlement ou d’agressions sexuelles dans le monde. Apparu hier soir, le hashtag comptabilise déjà plus de 200.000 femmes!

Sortir du silence

L’Affaire Weinstein a éclaté lorsque l’actrice Rose McGowan accusait le célèbre réalisateur de l’avoir agressée sexuellement. Ensuite, c’était au tour d’Ashley Judd de parler. Depuis, elles sont une trentaine à avoir osé rompre le silence. Aujourd’hui, ce sont les anonymes des quatre coins du monde qui les rejoignent #MeToo.

Dénoncer les agressions sexuelles sur les réseaux sociaux, l’idée peut sembler saugrenue. L’objectif n’est pas de citer de noms, ni de détails sordides, mais de libérer la parole. Libérer les victimes, les sortir de leur solitude, en réalisant qu’elles ne sont pas seules à affronter ces violences.

À l’heure actuelle, le viol est encore trop souvent minimisé. Les victimes,  trop souvent maltraitées et culpabilisées. Et la peur de dénoncer ce qui leur est arrivé prend souvent le dessus. #MeToo permet de dénouer les langues, de parler… et peut-être, à terme, de changer cette culture du viol qui rejette la faute sur les victimes de ces agressions.

Si avec #BalanceTonPorc, beaucoup d’hommes s’offusquaient de ne pas pouvoir entrer dans cette catégorie, malgré qu’ils puissent eux aussi être victimes d’agressions sexuelles; avec #MeToo ou #MoiAussi, ils peuvent se joindre au mouvement… Qui, espérons-le, puisse changer le système et punir les agresseurs.

Quand les femmes osent enfin prendre la parole sur ces actes dégradants, humiliants et traumatisants, il est impératif de se joindre à leur lutte. Pour que les initiatives dénonçant les inégalités soient nombreuses. Et qu’on participe au changement.

 

 

Si le sujet vous intéresse, allez jeter un oeil à « Campagne de sugardating: pourquoi c’est important », « Dearcatcallers: le compte Instagram qui dénonce le harcèlement de rue », « Girls Power: les filles prennent le pouvoir ».

Tags: #balancetonporc, Agression sexuelle, Droit des femmes, Inégalités du genre.

Ailleurs sur le web

Sur les sites d'Edition Ventures