@lilmiquela, influenceuse virtuelle : quand le numérique réinvente le réel

par Alexandra Goffart
marieclaire-lilmiquela-influenceuse-virtuelle-instagram-cover
©Instagram @lilmiquela

Si le phénomène des influenceuses n’est désormais plus un mystère pour personne, une certaine jeune instagrammeuse, @lilmiquela, nous fait pourtant hésiter. Jeune fille réelle et très retouchée, ou création numérique ? Zoom sur ce phénomène à succès.

Influenceuse virtuelle, c’est quoi ?

Miquela Soussa, 19 ans, a tout d’une jeune fille comme les autres. La frange parfaitement coupée et quelques taches de rousseur nous montrent un visage doux et esthétique, tandis que les Fendi, Louis Vuitton et Chanel laissent penser à une it-girl en vogue. Le tout pour délivrer un tableau somme toute normal sur Instagram. Néanmoins, à y regarder de plus près, on se demande si on voit net : la jeune fille a plus des allures de Sim que de fille réelle… Oui, on ne rêve pas, Miquela est une création numérique, un avatar créé par un ordinateur, grande première sur les réseaux sociaux.

 

Lire aussi: « 10 astuces pour être réussie sur toutes vos photos Instagram »

 

when it’s 60 degrees in LA 😂 #MonclerGenius @moncler

Une publication partagée par *~ MIQUELA ~* (@lilmiquela) le

waiting for my valentine

Une publication partagée par *~ MIQUELA ~* (@lilmiquela) le

Pourtant, si la jeune fille parait superficielle à souhait, elle prend de son ‘temps’ pour répondre à la multitude de commentaires qui défilent sous ses photos. Miquela a d’ailleurs expliqué à Business of Fashion que sa communauté était primordiale pour elle : « Le principe de communauté repose sur le fait de se sentir à l’aise et en sécurité dans l’expression de ses opinions. Quand tu ne fais que montrer au monde et que tu ne t’engages pas, cela devient une relation à sens unique. (…) Apprendre repose aussi sur l’écoute, donc si tu ne permets pas aux gens de parler avec toi, tu limites ta croissance. »

Grande invitée du défilé Prada

A l’occasion du grand défilé Prada qui a eu lieu lors de la Fashion Week de Milan, Miquela était invitée, et en plein front-row s’il vous plait. Enfin, c’est ce qu’elle nous en disait… En réalité, elle a ‘géré’ les stories Instagram du compte Prada, et quelques montages selfies ont été posté sur son compte, tout comme des photos d’elle dans le décor du défilé italien reproduit en 3D.

 

Lire aussi: « L’envers du décor: la blogueuse Aimee Song parle en toute franchise »

 

Coup de marketing ou invitation à l’esprit critique ?

A voir les 626 000 abonnés et les nombreux ‘partenariats’ que Miquela a passé avec les plus grandes marques, nombreux sont ceux qui estiment qu’il s’agit d’un pur coup de pub de la part des grandes enseignes de la mode. Cependant, à voir le nombre de followers toujours croissant et les nombreux commentaires sous ses photos, tout laisse à croire que le public est friand d’un tel phénomène.

De notre côté, on aime à penser que cela peut nous donner une bonne leçon sur la superficialité présente sur les réseaux sociaux. Après qu’Instagram ait mis en place un algorithme ne laissant apparaître que les comptes déjà bien ancrés, le réseau social s’éloignait déjà de l’esprit premier avec lequel il s’était développé. Les petits créateurs et autres comptes en développement se font petit à petit avaler par les Instagrammeurs endurcis. Le phénomène @lilmiquela nous inviterait-il à nous mettre en garde contre les travers du numérique ? A moins que cette invention ne soit simplement à prendre avec une bonne dose d’humour.

Quoiqu’il en soit, il est certain que le phénomène participe à brouiller les frontières – déjà fragiles –  entre la réalité et le virtuel.

Si ce sujet vous intéresse, allez lire aussi: « 10 astuces pour être réussie sur toutes vos photos Instagram », « Riche sans rien faire? La réalité derrière le métier d’influenceuse et blogueuse », « Les Fashion Weeks comme si vous y étiez: les comptes Instagram à suivre »

| | | |
Tags: Influenceuse, Influenceuse virtuelle, Instagram, Lilmiquela, Miquela Soussa, Mode, Numérique.

Ailleurs sur le web

Sur les sites d'Edition Ventures