Les Grid girls en Formule 1, c’est terminé!

Lucie Delplanque
grid girls
©Qsimple, Memories For The Future Photography on VisualHunt.com

C’était il y a tout juste une semaine. Le nouveau propriétaire de la F1 annonçait la suppression des Grid Girls lors des courses automobiles. Ces femmes avaient pour mission de tenir une pancarte ou un parapluie afin d’indiquer l’emplacement des voitures sur le bitume. Une décision contestée par les Grid Girls elles-même.

« Nous ne pensons pas que cette tradition soit appropriée ou en accord avec la Formule 1 et ses fans. » C’est ce qu’a déclaré le groupe, mercredi dernier. Cette décision, réfléchie durant des mois, entrera en vigueur dès mars 2018 lors du premier Grand Prix en Australie. Depuis quelques mois, le groupe souhaitait évoluer sur certains domaines notamment sur ce sujet plutôt délicat. Si les Grid Girls sont employées depuis des décennies, cette coutume ne représente plus les valeurs que la marque souhaite véhiculer. « C’est clairement en contradiction avec les normes sociétales modernes. » a avancé Sean Bratches, directeur commercial de la F1. Au lieu d’exposer de jolies femmes, les dirigeants de la F1 veulent que les équipes mettent en valeur leur pays ainsi que les produits ou artistes nationaux.

grid girls

Brian Digital on Visualhunt.com

Les premières concernées contestent!

C’est sur les réseaux sociaux qu’elles ont fait entendre leur voix. Ces Grid Girls revendiquent leur activité et dénoncent les mouvements féministes. Défiler devant les voitures, c’est un choix personnel qui leur permet d’être rémunérées correctement durant quelques jours. Rebecca Cooper, une Grid Girl habituée s’est exprimée sur le sujet via Twitter. Elle évoque le fait que ces mouvements féministes prônent les droits des femmes tout en disant aux autres ce qu’il est juste ou pas de faire. Pour elle, c’est contradictoire : elle aime son travail et elle est fière de ce qu’elle fait.

Amy Dargan, journaliste moto et ancienne Grid Girl, aborde la question différemment. La présence de ces femmes sur le tarmac n’est pas une obligation. Si c’est dénigrant pour elle? « Cela dépend de notre idéal sur la perception des femmes, et, ici, ça relève de nos valeurs et convictions personnelles. » Sur son post Twitter, elle aborde enfin le fait d’avoir souffert de cette profession. Pour les gens, être Grid Girl, c’est être trop bête pour avoir un autre rôle.

Tags: Cause féminine, F1, Féminisime, Formule 1, Sport, Sports automobiles.

Ailleurs sur le web

Sur les sites d'Edition Ventures