8 mars: le point sur les femmes et l’entrepreneuriat

par Lucie Delplanque
mc_entrepreneuriat
©Brooke Lark

Entreprendre quand on est une femme peut parfois sembler compliqué. Pourtant, Contrex a récemment mené une étude sur le rapport des femmes avec l’entrepreneuriat. Une belle manière de pousser les femmes à se lancer dans cette aventure. L’étude a été menée sur 1000 femmes belges âgées de 20 à 55 ans. Elles ont été choisies en fonction de leur âge, de leur diplôme et de leur régime linguistique.

29 % des femmes interrogées aimeraient entreprendre et une sur quatre a des projets qui sont réellement concrets. Pourtant, il y a seulement 9 % des femmes qui osent se lancer. Quand on y regarde de plus près, on se rend compte que les femmes ont (en général) peur d’une insécurité financière ou peur que le projet n’aboutisse à rien. Finalement, les femmes ont relativement peur de l’échec.

Dans les femmes interrogées, 42 % pensent que la combinaison famille et entreprise n’est pas réalisable. 34 % d’entre elles pensent aussi que les femmes prennent moins de risques que les hommes. Finalement, 30 % pensent que les femmes sont moins prises au sérieux quand on parle de boulot.

 

Lire aussi: 3 livres pour booster sa #girlpower attitude 

 

Pourtant, se lancer dans l’entrepreneuriat est possible selon les entrepreneuses elles-même. 49 % pensent qu’il est possible de combiner famille et travail avec une bonne organisation et un bon planning. 36 % avouent même voir autant (voiree à peine plus souvent) leurs enfants qu’une personne qui travaille de 9h à 17h.

Finalement, on se rend compte qu’il y a de gros préjugés: le premier, et le plus interpellant, est que la femme n’a pas les capacités suffisantes pour réussir dans les affaires… Pourtant, sachez qu’en Belgique, 1 entrepreneur sur 3 est une entrepreneuse.

Source: Tenor.com

L’initiative Woman Up

En association avec Ulule, Contrex lance une action pour aider les femmes à réaliser leur rêve d’entreprendre. Concrètement, il s’agit de 6 projets de femmes choisis chaque année. Avec Ulule, elles peuvent lancer une campagne de financement participatif. Elles seront encadrées et pourront bénéficier de conseils pour mener à bien le financement du projet. Contrex participera en donnant jusqu’à 2000 euros complémentaires par campagne. Les candidates seront aussi coachées pour la communication de leur entreprise: sur les réseaux mais aussi avec une vidéo de lancement.

Plus d’infos sur le projet ici

Si le sujet vous intéresse, allez jetez un oeil sur « Les grid girls en formule 1, c’est terminé! » ; « Tribune sur la « liberté d’importuner »: le sexisme expliqué à Catherine Deneuve » ; « Padman challenge: quand Instagram dit stop au tabou des règles » 

| | | |
Tags: 8 mars, égalité, Entrepreneuriat, Entrepreneuse, Femmes.

Ailleurs sur le web

Sur les sites d'Edition Ventures