J’écris donc je guéris

écriture thérapeutique
©Getty Images

Grâce au bullet journal, l’écriture manuscrite revient en force. Profitons de cet élan pour mettre à profit ses bienfaits. Notamment celui de pouvoir nous épargner quelques séances chez le psy, grâce à l’écriture thérapeutique…

L’écriture thérapeutique fait partie de l‘art-thérapie. Que l’on attribue à l’artiste britannique Adrian Hill. En 1938, souffrant de la tuberculose, il passe sa convalescence à dessiner les objets qu’il cotoie à l’hôpital. Etonner par sa guérison éclaire, les médecins s’interrogent, quant à l’artiste, il l’explique grâce à la satisfaction de son esprit créateur. Si la méthode est rapidement adoptée en Grande Bretagne, notamment par la Croix Rouge, elle ne sera reconnue par les scientifiques de l’autre côté de l’Atlantique qu’à partir du milieu des années ’80! Oui, c’est prouvé, dessiner, chanter, peindre, colorier, sculpter, tricoter ou écrire accélère le processus de guérison!

Soupape de sécurité

Aujourd’hui, l’écriture thérapeutique est essentiellement utilisée comme une ‘soupape’ pour décompresser du quotidien. Parce qu’elle permet de détoxifier l’esprit en le libérant de ses pensées négatives. Un peu comme une méditation inversée: au lieu de faire le vide, on couche ses soucis par écrit. Pour mieux s’en débarrasser (symboliquement).

Souvenez-vous du journal intime de votre adolescence… Il vous a certainement permis de cicatriser plus facilement une amour déchue? Lâcher par écrit ses émotions permet d’éviter aux idées noires et/ou stériles de tourner en boucle. Comme si on appuyait sur une touche ‘Reset’ du cerveau. Coucher ses mots/maux sur papier permet d’exprimer ses douleurs, ses sentiments et ses opinions, de se libérer d’éventuelles pensées compulsives, et donc de prendre du recul et… de continuer à avancer!

Dorénavant, la science confirme: l’écriture thérapeutique permet de guérir plus vite, mais également de réduire le stress, lutter contre la dépression et… s’améliorer!

Un stylo-bille, un carnet et c’est parti !

Atout numéro 1 de l’écriture thérapeutique? Elle peut se pratiquer seule et s’adresse à tout le monde. Même les clinches de l’orthographe, les dyslexiques ou les as des pattes de mouches. Pas peur de Madame Bic Rouge puisque ni l’orthographe, la conjugaison ou la syntaxe n’ont d’importance. Peu importe le style, l’idée, c’est d’écrire… ce qu’on ressent!

Mettez-vous dans un endroit calme où vous ne serez pas dérangée (coupez votre téléphone) pour être totalement disponible. Ensuite, dans votre carnet, restranscrivez vos pensées les plus profondes par rapport à une expérience traumatisante. Que ce soit un accident, une mauvaise expérience relationnelle ou même d’un événement à venir. Soyez sincère et spontanée: les mots doivent couler. Sans réflexion. On cherche à faire parler l’inconscient. Vous écrivez pour vous. Personne ne lira ce texte, sauf si vous le désirez: sentez vous libre et totalement libérée.

Visez la régularité

Trois à cinq séances d’écriture libre, de 15 à 20 minutes, suffisent généralement pour commencer à ressentir les bienfaits sur son humeur. Idéalement, il faut écrire tous les jours. Afin de créer une nouvelle habitude. Même deux lignes, c’est la régularité qui primera. Habituellement, les gens qui pratiquent l’écriture thérapeutique le font juste avant d’aller dormir. Ce qui permet de faire un bilan de la journée. Mais le calme du matin ou la pause de l’après-midi peuvent convenir: faites au mieux pour trouver dans votre planning dix minutes où vous pouvez vous consacrer à cet exercice.

Ces séances peuvent être ultra bénéfiques: une étude sur des patients en hôpitaux a démontré que ceux qui écrivaient avaient une pression artérielle amoindrie, un meilleur fonctionnement du foie  – en médecine chinoisre le foie est considéré comme le siège des émotions – et étaient resté moins longtemps allités. Ecrire est un atout santé, car il réduit l’anxiété. En couchant les peurs par écrit, on ralentir le flôt de pensées et on améliore le sommeil en apaisant l’esprit. C.Q.F.D.

Retenons ceci: la prochaine fois que l’on rendra visite à une personne hospitalisée, plutôt que d’offrir un bouquet de fleur, offrons-lui un stylo et un beau carnet pour l’aider à récupérer plus rapidement.

Si le sujet vous intéresse, allez jeter un oeil à: « Test psycho: êtes-vous hyper émotive ou control freak? », « 3 pistes pour alléger la charge mentale: les 10 mille choses qui pèsent sur vos épaules » et « Réveillez vos 4 héros intérieurs: on vous livre la méthode ici!« 

Tags: Bien-être, écriture thérapeutique, émotions, Journal intime.

Ailleurs sur le web

Sur les sites d'Edition Ventures