Fashion Week de Paris: le pull féministe et engagé de Dior

par Camille Hanot
marieclaire_pulldior
©Getty Images

Voici un nouvel exemple que le monde de la mode peut être aussi un espace engagé et revendicateur. Dior a dédié son défilé automne-hiver 2018-2019 aux années 60. Une période révolutionnaire qui résonne aujourd’hui sur un fond d’actualité marqué par le harcèlement. Son pull féministe au message évocateur à propos du consentement sexuel n’est pas passé inaperçu.

« C’est non, non, non et non »

Depuis son arrivée à la tête de la maison Dior, la créatrice italienne, Maria Grazia Chiuri imagine des collections féministes. On se souvient de la marinière ouvrant le défilé printemps-été 2018 où l’on pouvait lire « Why have there been no great women artists? » (« Pourquoi n’y a-t-il pas eu de grandes artistes femmes? ») mais aussi du t-shirt « We should all be feminists » (« Nous devrions tous être féministes ») du défilé printemps-été 2017. Dans cet esprit, le défilé Dior automne-hiver 2018-2019 présenté ce mardi 27 février, n’a pas dérogé à la règle.

Une publication partagée par Dior Official (@dior) le

 

Lire aussi: « 10 t- shirts girl power à shopper d’urgence »

 

Un pull féministe mais pas que

Il ne fallait pas attendre le début du show pour connaître l’esprit de la collection. Le décor du set en disait déjà long sur ce qui allait suivre. Slogans féministes, affiches revendicatrices de campagne pour les droits des femmes et couvertures de magazines féminins déchirées avaient entièrement recouvert pour l’occasion le Musée Rodin.

C’est donc dans cet esprit inspiré des années 60, période de l’histoire profondément marquée par la libération des femmes et de la révolution sociale de Mai 68 que la collection fut imaginée. Si la référence historique est explicite, c’est surtout sur un fond d’actualité que le message résonne. La première silhouette à faire son apparition en est le plus bel exemple. Sur le pull de la mannequin, on peut lire « Non non non c’est non« .

 

Lire aussi: « Tribune sur la « liberté d’importuner »: le sexisme expliqué à Catherine Deneuve »

 

Une inscription qui fait directement écho à la question du consentement au coeur de l’actualité depuis le scandale de l’affaire Weinstein. Au final, c’est une femme Dior libre que nous a présentée Maria Grazia Chiuri, aussi bien dans son état d’esprit que dans son allure mais aussi les associations de couleurs et de matière.

Une publication partagée par Dior Official (@dior) le

Si le sujet vous intéresse, allez jeter un oeil à « Fashion week de Paris: le makeup du défilé Dior automne-hiver 2018-2019 », « Fashion Week: quels sont les photographes Street Style à suivre sur Instagram? », « Les Fashion Weeks comme si vous y étiez: les comptes Instagram à suivre »

| | | |
Tags: Cause féminine, Dior, Fashion week paris, Féminisime.

Ailleurs sur le web

Sur les sites d'Edition Ventures