« Détends-toi », la nouvelle BD d’Emma sur perception de la colère des femmes

Emma
©Facebook @EmmaFnc

Sa dernière BD, « Fallait demander », avait fait l’effet d’une bombe dans le milieu médiatique (et dans les foyers). Elle mettait en lumière un phénomène beaucoup trop courant, et sa terminologie: la charge mentale. Aujourd’hui, Emma s’attaque à un sujet tout aussi épineux avec « Détends-toi ».

Combien de fois l’avez-vous entendue, cette petite phrase? Avec « t’as tes règles ou quoi? », c’est probablement l’une des réponses les plus fréquentes à une femme qui exprime sa colère.

Un sujet que j’ai déjà partiellement abordé dans ma BD La violence des opprimé·e·s, mais j’ai trouvé intéressant de…

Geplaatst door Emma op zondag 5 november 2017

Avec sa nouvelle BD, Emma nous explique les effets insidieux que cela a à la longue et dans notre vie de tous les jours. Ainsi, Emma explique « A chaque fois, c’est ma réaction de défense, plus que l’attaque, qui semblait déplacée« . Elle se retrouve donc à s’excuser alors qu’elle n’est pas fautive.

Là où l’analyse devient vraiment intéressante, c’est quand Emma s’intéresse aux effets que cela a sur notre comportement quotidien: on finit par perdre nos repères. Quand est-ce légitime de se mettre en colère? Et quand est-ce que ça ne l’est pas?

Geplaatst door Emma op zondag 5 november 2017

Si, dès l’enfance, on laisse les petits garçons être agressifs sous prétexte que ce sont des garçons, il n’en va pas de même pour les petites filles, dont on essaie de contrôler l’agressivité dès le plus jeune âge. Cette attitude n’impacte pas uniquement le développement des filles, mais a aussi une influence très négative sur les garçons, qui se sentent obligés d’être de « vrais hommes » tout au long de leur vie.

Geplaatst door Emma op zondag 5 november 2017

Une autre conséquence est que les femmes ont tendance à étouffer de plus en plus leur colère, et à exprimer leurs émotions de façon lissée et détournée. Le pire, c’est que cette façon de tourner autour du pot est, à son tour, stigmatisée et considérée comme un trait « typiquement féminin ». Ben tiens.

Emma explique finalement qu’elle a développé quelques mécanismes pour réagir aux attaques sans passer pour une « hystérique », et ça, ça vaut de l’or.

Geplaatst door Emma op zondag 5 november 2017

Si le sujet vous intéresse, allez jeter un oeil à « Campagne de sugardating: pourquoi c’est important »« Dearcatcallers: le compte Instagram qui dénonce le harcèlement de rue » et « #MeToo: les réseaux sociaux pour dénoncer les agressions sexuelles« 

Tags: Cause féminine, Combats de femmes, Féminisme.

Ailleurs sur le web

Sur les sites d'Edition Ventures