Dazibao, la génération Y à la conquête du diamant

marieclaire_diamant
©Presse

Lancée en octobre 2017, Dazibao est une nouvelle maison joaillière belge pas comme les autres. Sa philosophie ? La création collaborative. Rencontre avec une jeune femme décidée.

Passionnée de littérature, Camille Coppens tombe un jour sur le mot « Dazibao ». Datant de la Chine impériale et réintroduite par Mao Zedong lors de la Révolution culturelle, Dazibao est une affiche traitant d’un sujet politique ou moral rédigée par un simple citoyen comme moyen d’expression de l’opinion publique. Ce symbole d’échange d’idées, de créativité entre homologues parle à cette jeune demoiselle, alors étudiante en communication à l’Ihecs.

Lire aussi: « « Curated Ear », la tendance qui remet les piercings au goût du jour »

Belle-fille d’un diamantaire anversois réputé, les pierres précieuses à leur état brut entrent et sortent de cet atelier où elle aime traîner des journées entières. Leurs secrets de beauté bien gardés fascinent ses yeux d’adolescente. Elle qui rêve de bijoux imaginés à partir de ces pierres précieuses, décide de créer pour elle-même. Son style épuré et moderne, ainsi que leur très haute qualité, attirent l’attention de son entourage. Effet de bouche-à-oreille, les demandes affluent. La voilà lancée dans une voie toute pavée de diamants.

1/

La création collaborative

Du haut de ses 23 ans, Camille a un vœu secret. Elle souhaite réhabiliter auprès de sa génération ce matériau au raffinement absolu.

« Je veux rendre le diamant portable dans la vie de tous les jours. Et abordable. » Pour le rendre désirable, elle développe son concept de création collaborative. « Vous êtes le designer, nous sommes les artisans. »

La cliente a pour tâche de préparer un moodboard illustrant ses goûts et ses inspirations. Une fois finalisé et validé, la cliente choisira ou non de céder son modèle qui porte son nom à la marque. « Au-delà de cette dimension collaborative, l’éternité d’un bijou me semble importante. Pour cette raison, je choisis de ne travailler que le diamant et l’or 18 carats. Un bijou de cette qualité ne s’altère pas et peut être complètement refondu, retaillé, retravaillé vingt ans plus tard, si c’est le souhait de la cliente. »

À lire : « Shopping : Valise d’été, les jolies tendances à emporter avec soi au soleil »

2/

Taillé sur mesure

Pour les amoureux qui veulent le faire savoir, Dazibao a lancé un service de bagues de fiançailles sur mesure et pour tous les budgets. Encadré(e) et guidé(e) par la créatrice pour le design et un gemmologue expert pour le choix des diamants, fiancés et fiancées y trouveront leur compte. Basée à Anvers, la maison joaillière encourage aussi les clients à venir avec des bijoux en or et/ou diamants qu’ils ne portent plus, pour les recycler et les réutiliser dans leurs nouvelles créations.

 

À lire : « L’upcycling, plus qu’une tendance: l’avenir de la mode ! »

3/

E-shop oblige!

Au succès immédiat chez nous comme à l’étranger, Dazibao, et ses bijoux co-créés, décide de conquérir l’Europe et, surtout, sa génération connectée. Live depuis quelques jours, l’e-shop propose une nouvelle collection intitulée « Origine ». Modernes et intemporels en or 18 carats et diamants, les bijoux de cette collection portent les noms de villes de Namibie et du Botswana, lieux d’origine des diamants. Deux pays très chers aux yeux de la créatrice et de son beau-père, qui sans eux nous raconteraient probablement une toute autre histoire…

A partir de 500 €. Pour les petits budgets, d’autres options sont possibles comme, par exemple, le diamant noir. Plus d’infos sur dazibao-antwerp.com.

Si ce sujet vous a plu, alors ces articles devraient vous intéresser: « Bijoux: on a rencontré la précieuse Laurence, créatrice de The Gems Room », « Inspiration: comment porter les perles de manière moderne? », « Crush of the day: les One of a Kind Gemstones de Celine D’aoust »

| | | |
Tags: Bijoux, Bijoux sur mesure, Dazibao, Diamants, Marie Claire Belgique.

Ailleurs sur le web

Sur les sites d'Edition Ventures