Un coup d’œil sur un nouveau contour des yeux ?

Estée Lauder
©Shutterstock

« Si les yeux sont les fenêtres de notre âme, la peau terne, ridée et gonflée du contour de l’oeil est la fenêtre de notre âge » Une citation d’Estée Lauder.

En effet, je remarque à mes yeux que je ne rajeunis pas. J’ai de plus en plus de cernes, dont j’ai de plus en plus de mal à me débarrasser, même après une bonne nuit de sommeil ou une semaine de vacances. Quand je me regarde dans le miroir, ça va, mais lorsque je ris, une série de traits apparaît sur mon visage. Deux solutions s’offrent alors à moi : ne plus rire ou utiliser un soin adapté. J’opte pour la deuxième et met tout mon espoir dans une crème miracle.

Le pitch

Pour le magazine Marie Claire, je viens d’écrire un article sur les toutes nouvelles crèmes et leurs propriétés. Celles-ci promettent monts et merveilles à en croire les communiqués de presse. Tous les espoirs sont donc permis. Personnellement, j’étais curieuse de découvrir le dernier contour des yeux d’Estée Lauder, Eye Concentrate Matrix Advanced Night Repair. Il amortirait les tensions autour de l’oeil comme le fait la semelle d’une chaussure de running…

La docteure Nadine Pernodet (responsable de la recherche et du développement de la biologie de la peau chez Estée Lauder) s’est sérieusement penchée sur le contour de l’œil pour mieux comprendre pourquoi le vieillissement s’y installe prématurément. Résultat : elle a trouvé un lien entre la réaction de nos cellules et la stimulation mécanique. Ainsi les brosses de nettoyage automatiques sollicitent les fibroblastes à fabriquer plus de collagène. Mais… une activité forte et intense produit l’effet inverse, comme en témoignent nos yeux. En effet, ils clignent dix mille fois par jour. Si l’on convertit le taux de clignement en nombre de pas, ce stress mécanique équivaut à 8 km. Presque un marathon pour une zone cutanée naturellement plus fragile et plus sensible, qui produit moins de sébum et qui est donc plus sèche.

Tags: Estée Lauder, Yeux.

Ailleurs sur le web

Sur les sites d'Edition Ventures