Ne manquez pas Casa de Papel, la dernière pépite Netflix

Camille Hanot
Casa de Papel
©Netflix

Arrivée sans un mot sur Netflix, la série Casa de Papel aurait pu passer inaperçue mais c’était sans compter le bouche-à-oreille. C’était surtout sans mesurer le petit bijou qui se cache derrière. Si le thème (un braquage) a déjà été traité de fond en comble, il ne l’a jamais été de la sorte. Présentation de ce thriller coup de coeur.

Casa de Papel, saison 1, 10 épisodes

La trame narrative est simple: 8 braqueurs vont tenter d’effectuer le plus gros casse du siècle. Si au départ, ils ne se connaissent pas, ils ont tous un point commun; ne plus rien avoir à perdre. Et c’est pour cette unique raison qu’ils ont été recrutés par le professeur, l’homme mystérieux qui se cache derrière l’idée du braquage.

Pendant 5 mois, il va former ses « élèves » et leur apprendre chaque minuscule étape du plan. Leur but ultime? S’introduire dans la Maison royale de la Monnaie d’Espagne pour voler 2,4 milliards, et ce, sans faire une seule victime (pas évident quand on a 67 otages). Le plan est minutieusement élaboré mais (parce que oui, il y a toujours un mais), même quand les moindres gestes sont anticipés, il y a toujours une part d’imprévisible. 

 

Lire aussi: « Pourquoi il faut regarder  » The End of the F***ing World »

 

Pourquoi devriez-vous regarder cette série?

  • Toute la série se déroule autour du braquage

Mis à part quelques flashbacks (qui apportent un peu de répit dans le rythme soutenu et stressant de la série), les 10 épisodes de la saison 1 se déroulent pendant le fameux braquage. Et là où certaines histoires pourraient tourner en rond et paraître longues, Casa de Papel est tout simplement captivante.

  • Le plan du braquage est ingénieux et réaliste mais pas complexe

Il arrive parfois en regardant un film ou une série ce moment où l’on se dit « j’ai manqué quelque chose« . Ce moment où l’histoire prend un dénouement que l’on ne comprend pas ou encore ce moment où l’histoire devient trop complexe et nous perd. Cette sensation n’arrive pas en regardant Casa de Papel. Et ce n’est pourtant pas dire que le plan n’est pas expliqué en détail. Selon nous, c’est le réalisme du braquage (cela pourrait carrément se passer en vrai) qui rend le tout aussi compréhensible.

 

Lire aussi: « 3 romans et thrillers à lire en attendant le nouveau Joël Dicker »

 

  • Les « méchants » sont humains

Les guillemets sur le mot méchant sont nécessaires, car les braqueurs de Casa de Papel ne ressemblent absolument pas à l’idée que l’on se fait de « méchants hommes ». Ici pas de braqueurs sans coeur, il n’y a ni méchant ni gentil mais plutôt des êtres humains dans toute leur complexité.

  • C’est une série espagnole

De prime abord, cette caractéristique pourrait plutôt effrayer que séduire. Il est vrai que mis à part Un, Dos, Tres, on ne connait pas beaucoup de séries espagnoles. Pourtant, après avoir regardé Casa de Papel, on en vient à se dire qu’ils en ont du talent nos amis espagnols. Créé par Alex Pina, on a aussi bien adoré le scénario que la réalisation en passant par le visuel et notamment l’utilisation de masques de Dali.

Sachez qu’il ne faudra pas trop attendre pour retrouver le professeur et sa bande de braqueurs. La saison 2 composée de 6 épisodes arrive le 6 avril prochain sur Netflix.

Vous avez aimé cet article? Vous aimerez également: « 10 films Netflix à (re)voir cet hiver! », « Damien Chazelle aux côtés de Netflix pour sa première série: The Eddy » et « Le phénomène Eddy de Pretto« 

Tags: Casa de papel, Netflix, Série.

Ailleurs sur le web

Sur les sites d'Edition Ventures