5 parfumeurs et leur nouvelle création: Dominique Roppion et Sophie Labbé à propos de Girl of Now d’Elie Saab

Laura de Coninck Belen Ucros
Girl of now
©Presse

Deux nez, Dominique Roppion et Sophie Labbé, ont été impliqués dans la création de Girl of Now, un parfum pour les Millenials. Ils ont chacun des enfants de l’âge de leur public-cible. Une conversation sur ce qui les inspire et sur le chemin parcouru pour les  amener à ce parfum.

Un ingrédient a été développé spécialement pour le parfum Girl of Now. Qu’est-ce que cette ‘Ormond flower’ a de si spécial? 

Sophie Labbé: « Elle est unique. Pour obtenir cette matière première, nous avons distillé ensemble deux ingrédients. c’est une co-distillation, à travers un procédé naturel, d’un absolu de fleur d’oranger et d’huile d’amande amère. d’où le nom ‘or’ pour orange bloom et ‘mond’ qui vient du mot almond, amande en anglais.. C’est cet ingrédient qui donne son caractère unique au cœur du parfum. »

Et quels autres ingrédients retrouvons-nous? 

SL: « Nous avons ajouté des pistaches grillés pour souligner la senteur d’amande et la rendre encore plus appétissante. On a presque l’eau à la bouche quand on hume ce parfum. Nous avons également mis de l’absolu de grain de tonka. Son arôme rappelle l’amande, en plus persistant. »

Quelle était votre mission pour ce parfum?

SL: « Elie Saab voulait un parfum addictif, qui s’adresserait particulièrement aux milleniums (la génération née après 1984). Nous avons littéralement humé l’atmosphère de la boutique des Champs Elysées, une ode au luxe et à la féminité. C’est là que nous avons décidé de travailler l’amande comme ingrédient principal, une matière additive, gourmande sans être trop sucrée. Elle fait plutôt penser à la douceur subtile d’une pâtisserie, et pas aux bonbons sucrés. »                                    Dominique Ropion: « Pour Monsieur Saab, la fleur d’oranger devait dominer dans ce parfum. Il apprécie aussi beaucoup le patchouli. Nous avons utilisé un distillat de fleur d’oranger, le néroli. Grâce à sa légère touche d’agrumes, il est plus frais, floral et sensuel. Et l’odeur tient plus longtemps que celle de l »extrait de fleur d’oranger. »

Qu’est-ce qui vous inspire? 

DR: « C’est très personnel. Tout peut être source d’inspiration. En ce qui me concerne, la poésie me donne des idées, et la vie elle-même. Les rencontres au quotidien avec les gens, les voyages, … En entreprenant des choses, en regardant autour de moi, j’absorbe. Ce n’est pas que l’inspiration se met à couler en moi quand je me poste devant un tableau, mais ça réveille des atmosphères, des émotions en moi. »                                                                                                                                         SL: « Une dégustation au restaurant, des bouquets de fleurs dans un magasin… De nouveaux ingrédients qui nous sont présentés, ou les senteurs qui flottent dans nos bureaux peuvent aider aussi. »                                                                                 DR: « Les voyages m’apportent beaucoup d’inspiration olfactive sur le plan concret. Dans l’air ou la nature, une odeur appele bien plus à l’imagination que quand on la découvre en laboratoire! Pour la fleur d’oranger, par exemple, nous avons été plus inspirés par la perception naturelle de cette senteur dans un jardin que dans un flacon. Mais au final, la fabrication du parfum est un procédé  chimique, et c’est bel et bien avec le produit du laboratoire que l’on se met au travail. L’aspect technique est très important. Nous utilisons parfois des notes qui susciteraient l’aversion ou le dégoût aux yeux de certains, alors que c’est justement le détail qui donne la touche finale au parfum. C’est de la chimie! »

Avez-vous une muse? Une femme pour laquelle ce parfum a été créé?

SL: « Nous avions en tête l’image de Bella Hadid, qui est à nos yeux l’exemple de la jeune femme millenial. Nous avons tous les deux des filles de cet âge-là. A la maison, quand je suis occupée à sentir des échantillons, ma fille vient mettre son nez. Et quand quelque chose lui plaît, elle veut le porter. Mais je ne dois rien lui imposer, car cela aurait l’effet inverse (rires). »    DR: « J’ai une fille de 31 ans et une autre qui en a 16. La plus jeune s’intéresse le plus aux parfums. Elle a beaucoup aimé celui-ci. Elles se comparent entre copines, et elles finissent par vouloir toutes les même parfum. A cet âge-là, elle portent surtout ce qui est à la mode dans leur entourage. »

Girl of Now de Elie Saab, 58 € le flacon 30 ml.

Si vous appréciez les parfums rares d’exception, lisez aussi « Miss Dior: Natalie Portman dans une magnifique nouvelle campagne », « 5 parfumeurs et leur nouvelle création: Anne Flipo à propos de Tubéreuse Hédonie de Roger & Gallet » et « 5 parfumeurs et leur nouvelle création: Aurélien Guichard à propos de Ever Bloom, Ginza Flower de Shiseido« 

Tags: Elie saab, Parfum.

Ailleurs sur le web

Sur les sites d'Edition Ventures