4 accords à passer avec soi-même pour une année plus bienveillante

par Alexandra Goffart
marieclaire-quatre-accords-tolteques-a-passer-avec-soi-meme-annee-bienveillante-cover
©Unsplash

Marre d’être négative, de culpabiliser, de vous critiquer? Don Miguel Ruiz, auteur du livre Les Quatre Accords Toltèques, s’est inspiré des enseignements des hommes et femmes de sagesse du Mexique pour délivrer leur message bienveillant. A la clé: bonheur, liberté personnelle et sérénité. Et si on décidait de suivre ces accords cette année ?

1. Que votre parole soit impeccable

S’il est le plus difficile à appliquer, le premier accord est le plus important. L’auteur l’explique, la parole est ce que nous avons de plus puissant, et reflète directement nos intentions. On ne connaît que trop bien les critiques et la médisance qui parfois semblent nous soulager mais qui en vérité sèment la discorde autour de nous.

 

Si cet article vous intéresse, vous devriez aimer celui-ci: « J’écris donc je guéris »

 

En plus de blesser quelqu’un, une parole négative est un poison contre soi. Hé oui, c’est se faire du mal à soi-même que de juger ou critiquer à tout va! Si on insulte quelqu’un, la personne va nous détester, et cette haine ne va en aucun cas nous faire du bien. Le poison émotionnel qu’on diffuse se retourne contre nous. Il ne s’agit pas de devenir niais, mais cesser de médire, de faire culpabiliser vous libérera de la charge négative que vous transportez.

Cette transformation passe d’abord par l’amour de soi: en cessant de se critiquer (« je suis trop grosse », « mince pourquoi j’ai dit ça, je suis trop bête »), on arrêtera de critiquer les autres. Pour qu’une énergie positive nous soit renvoyée, notre parole doit être dénuée de péché: impeccable donc.

1/

2. Quoiqu’il arrive, n’en faites pas une affaire personnelle

Une chose importante à comprendre lorsque quelqu’un nous critique ou donne son opinion sur nous-mêmes, est que tout ce que les gens disent ne sont que leurs opinions. En aucun cas cette opinion n’est la réalité… Or, nous avons trop souvent tendance à accepter cette opinion comme une vérité. « Vous faites une affaire personnelle de ce qui vous est dit parce que vous y donnez votre accord. » Parce que nous avons tendance à penser que tout tourne autour de nous, nous prenons toute critique de manière personnelle.

 

Si cet article vous intéresse, vous devriez aimer celui-ci: « 6 exercices pour muscler sa créativité »

 

Ne pas en faire une affaire personnelle, ce n’est pas rester insensible aux remarques des autres, mais prendre du recul pour s’éviter toute souffrance inutile. Une fois qu’on respecte cet accord, une grande liberté personnelle nous attend:

« Si vous respectez cet accord, (…) personne ne peut vous blesser. Vous pouvez dire: je t’aime sans crainte du ridicule ou du rejet. Vous pouvez demander ce dont vous avez besoin. Vous pouvez dire oui ou non, selon ce que vous choisissez, sans culpabilité ni jugement de soi. Vous pouvez choisir de toujours suivre votre coeur. »

Les Quatre Accords Toltèques, Jouvence éditions, 7,90€. Disponible sur fnac.com

2/

3. Ne faites pas de suppositions

Chaque jour, parce qu’on a peur de demander des explications, nous prêtons des intentions aux autres qui sont souvent fausses. Or, les suppositions que l’on fait nous apportent plus de problèmes qu’autre chose. Par exemple, dans notre relation amoureuse, on pense toujours que notre partenaire nous connaît par coeur, et sait ce qu’on pense. Qu’il connaît nos attentes. Et quand il ne les respecte pas ou ne fait pas ce qu’on attendait de lui, la fameuse phrase sort: « Tu aurais dû le savoir! ».

 

Si cet article vous intéresse, vous devriez aimer celui-ci: »Réveillez vos 4 héros intérieurs: on vous livre la méthode ici »

 

Fini de croire qu’on n’a pas besoin de dire les choses, que les gens comprendront d’eux-mêmes. Personne ne conçoit le monde de la même manière que nous… La communication est donc primordiale. Le moyen d’éviter de faire des suppositions est de poser des questions: vérifiez que vous avez bien compris, demandez lorsque vous n’êtes pas sûre. Utilisez votre parole pour communiquer clairement.

Une autre situation peut être un bon exemple pour comprendre cet accord. Alors que notre fille de 18 ans sortait faire la fête, on lui dit de rentrer pour minuit. A 2h du matin, elle n’est toujours pas rentrée. On imagine directement le pire: il lui est arrivé quelque chose, elle a fait un accident. On ne fait souvent qu’une seule supposition, qui est toujours négative. Pourquoi ne pas en faire plusieurs? Elle a rencontré un ami de longue date, elle s’amuse super bien, elle a rencontré un beau jeune homme. Faire plein de suppositions peut être la clé pour sortir de la négativité.

3/

4. Faites toujours de votre mieux

Le dernier accord concerne l’application des trois premiers: toujours faire de son mieux. Et ce « mieux » peut varier! Faire de son mieux, c’est accepter qu’un jour on est fatigué et qu’on fera moins que ce qu’on voulait faire. En faire trop est une perte d’énergie et de performance. En faire moins, c’est laisser place à la frustration et la culpabilité.

Les trois premiers accords toltèques ne fonctionneront que si vous faites de votre mieux. On ne peut pas toujours s’attendre à les respecter, et il faut l’accepter sans culpabiliser. CE N’EST PAS GRAVE si vous n’arrivez pas à les respecter tous les jours. Si vous rompez un des accords, recommencez le lendemain, et le jour suivant. Petit à petit, vous verrez que vous adopterez ces accords de manière automatique.

Les Quatre Accords Toltèques, Jouvence éditions, 7,90€. Disponible sur fnac.com

Si cet article vous a plu, ceux-ci qui devraient vous plaire: « J’écris donc je guéris », « Réveillez vos 4 héros intérieurs: on vous livre la méthode ici! », « 6 exercices pour muscler sa créativité »

| | | |
Tags: Accords toltèques, Bien-être, Bienveillance, Bonheur, Développement personnel, Livre, Psycho, Quatre accords toltèques.

Ailleurs sur le web

Sur les sites d'Edition Ventures